Ma nouvelle boîte à bas de ligne

En discutant avec Dave Vincent, nous parlions des boites à bas de ligne. En fait, chacun a son modèle bien à lui, parfois sorti du commerce, parfois fait main.

Dans le commerce on trouve facilement des très bonnes boîtes, mais nous n’y trouvons pas tous notre compte. Trop chère, trop grande, peu pratique, autant de raisons qui font que notre boîte ne nous convient pas forcément à la perfection. Et puis il y a les pêcheurs qui aiment tout simplement personnaliser leur matériel et qui n’ont pas deux mains gauches. Avec un peu de travail, quelques clous et de la manière, on arrive à fabriquer la boîte dont nous avons toujours eu envie.

Je traine avec moi une boite à bas de ligne que j’avais conçue, il y a à présent 3 ou 4 ans, qui contenait à l’époque pas mal de références différentes. Je pouvais y mettre des bas de ligne de 20cm pour la plupart de mes lignes à la grande canne, car n’étant pas un amoureux des bas de lignes plus courts. Des bas de lignes à l’anglaise pouvaient également y prendre place sur une autre face.

A présent, au fil de mes parties de pêche, je me suis finalement aperçu qu’il valait mieux parfois un bas de ligne encore plus court, avoisinant les 15 centimètres. Après tout, il suffit de remonter le plomb de touche de quelques centimètres pour obtenir le même résultat ou presque quant à la présentation de l’esche.

 

Avant de poursuivre,  voici quelques photos de mon ancienne boite….

 

 

Déjà, première critique, le système de fermeture prend du jeu avec l’âge et pas facile de le laisser ouvert ou parfois de le refermer. Un système de fermeture à charnière et crocher qui se rabat est bien plus fonctionnel….

 

 

 

Le fond  noir par contre est parfait, quelque soit la luminosité on voit très bien le bas de ligne que l’on veut saisir, aussi bien quand il fait sombre, que plein soleil.

Pratique mais pas indispensable.

 

 

 

Les bas de  lignes avaient pour taille minimale 20cm, c’est léger…

 

 

Les hameçons y étaient parfaitement rangés, enfin, pour moi, mais beaucoup trop de références, il y avait au moins une trentaine d’emplacements prévus.

 

Au jour d’aujourd’hui, il est rare que je me serve d’autant de références et je pense qu’avec 5 ou 6 modèles d’hameçons, je couvre à peu près tout.

 

Je me devais donc de réduire cette boîte, et garder l’ancienne pour les bas de lignes à l’anglaise. Vu le matos que j’ai à présent, je n’ai pu faire autrement que de différencier les techniques en différents sacs fourre tout pour ne pas mélanger. Je n’aime pas oublier quelque chose au bord de l’eau, donc, pour plus de praticité, j’ai fait un sac pour chaque technique, ce qui m’évite de piocher de ça delà pour remplir un sac approximatif avant de partir et manquer d’un truc indispensable au bord de l’eau.

C’est peut être un luxe, mais c’est comme cela que je conçois des préparatifs d’un partie de pêche qui peut s’avérer perdue si on oublie un repose canne, une boite de flotteurs ou pire, un moulinet pour l’anglaise.

 

Revenons à ma boîte à bas de ligne.

 

Donc, comme je vous l’ai dit, à présent cela sera 15cm pour mes lignes grande canne. J’ai résisté 10 ans…mais la connerie persiste mais ne meurt pas !!!

 

Un jour, en allant chercher une revue chez un libraire, j’ai aperçu une  revue des Editions Atlas, Histoire de l’Art ou un truc comme cela qui sortait son numéro 1 et comme pas mal de revues de cette édition, offrait quelque chose plus autre chose et encore un autre truc pour une somme modique.

Et sous l’emballage, j’aperçois une boite en bois, un peu de la taille d’une boite à cigares. Vous savez, le type de boîte qui lorsque l’on est jeune pêcheur, l’on rêve tous d’avoir pour ranger ses pochettes d’hameçons ou tout autre accessoire.

Je prends la revue et main, et je me rends compte que cette boite et de magnifique constitution, d’un bois foncé, avec une jolie fermeture et des charnières discrètes.

2 euros plus tard, sorti du magasin, je craque l’emballage avec empressement, vire tout le reste sur le siège arrière de la voiture et  prends cette boite en main. La texture du bois, certes peu exotique, est agréable en main. La fermeture est  rassurante. En l’ouvrant, je vois des emplacements pour mettre des tubes de gouache, quelques uns, des crayons et une gomme.

J’arrache ce plastique, qui ne tient pas et me retrouve en présence d’une magnifique boîte prête à être transformée en ce en quoi je la destine : une boite à bas de ligne.

Sitôt chez moi, je prends mon double décimètre et m’aperçoit qu’elle fait moins de 20cm de longueur intérieure…Bon, ben c’est l’occase ou jamais de passer en bas de ligne de 15.

Puis je mets la boîte de côté, jusqu’à cet après midi pluvieuse où il est impossible d’aller pêcher. Je passe chez mon beau père chercher de quoi faire les réglettes qui supporteront les clous, la paroi de la boîte n’excédant pas 1.5mm, il faut une base solide pour les clous. Il me refourgue un vieux morceau de baguette d’angle en sapin, déjà lasurée. Parfait !!!  Je sors un paquet de pointe de 15mm acheté pour l’occasion et m’attable avec ceci :

 

 

Un joli marteau pour les pointes, une pince coupante pour couper les têtes de ces pointes une fois plantées, une scie pour les réglettes à mettre à dimension, les fameuses pointes, de la colle pour fixer les réglettes à la boîte et de la gaine silicone pour recouvrir les pointes, côté boucle du bas de ligne. Cela permettra de ne pas trop marquer le fil et l’amoindrir le temps de stockage de mes précieux bas de ligne.

 

 

 

La fameuse boîte, ou plutôt les…car à deux euros, j’ai pris le stock chez le libraire, une dizaine il me semble….

Z ‘ont quand même de la gueule, non ?

 

 

 

Le morceau de baguette d’angle, duquel je prélèverai soigneusement une face.  Avec les arrondis, cela sera parfait pour la finition de la boîte.

 

 

 

 

L’intérieur me plait bien, car la boîte n’est pas bien épaisse. Si je veux monter des réglettes à pointes des deux côtés, il va falloir que je le fasse en quinconce, pour pas que les clous ne se touchent. C’est faisable.

 

 

 

La fermeture, on voit que les Editions Atlas ne se sont pas moqués de nous. On précisera juste qu’avec des clients comme moi, cela ne va guère plus loin que le premier numéro de la série !!!!

 

 

 

 

 

Et des charnières qui devraient quand même durer un minimum dans le temps.

 

 

Première chose à faire, couper mes réglettes aux dimensions intérieures de la boîte. J’ai prévu de mettre les hameçons sur le centre, et les boucles en extérieur. Cela sera plus facile pour m’en saisir, une fois la boîte ouverte sur mes genoux.

 

 

 

La partie à éliminer….

 

 

 

 

Et la partie qui me servira, en attente de ponçage de l’arrête.

Que les puristes du bricolage me pardonnent, suis pas super doué un marteau à la main…affaire à suivre !!!

 

 

 

 

 

Bon ça rentre, c’est déjà cela !!! Avec une boîte à onglet, indispensable sur ce coup là,

c’est forcément un peu plus facile. Quoique….

 

 

 

 

Il faut que cela soit pile poil contre la paroi, pour aider la colle qui fixera la réglette….

En fait cela rentre juste en force et cela soulagera le collage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je marque l’emplacement que vont prendre les pointes.

 

 

 

 

Je les précise en enfonçant légèrement une pointe à la main, puis je gomme le crayon.

 

 

 

 

 

 

Ensuite  mise en place  des pointes …..Ce n’est pas nickel, je vous avais prévenu !!!!

 

 

 

 

Puis je coupe les têtes avec la pince coupante

 

 

Je renouvelle sur la deuxième réglette.

 

Mise en place du silicone que je coupe avec des ciseaux fins.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La juxtaposition est correcte, les clous ne se toucheront pas, même s’ils dépassent  un peu du bâti.

 

 

Voilà…l’aspect final me semble pas mal du tout. En tout 21 emplacements pour recevoir des hameçons cela devrait à présent me suffire.

 

J’espère ne pas avoir été trop long dans mes explications, mais je me suis éclaté à faire ce brico, et j’avais envie de vous le faire partager !!!!

 

 

Date de dernière mise à jour : 27/12/2013

<SONUBAITS