Les brèmes en rivière lente au feeder avec Tom Pickering

Pêcher les brèmes en rivière peut  être un très bon sport, mais ne pensez pas que vous ne pouvez capturer ces poissons qu’à la grande canne ! En effet, le champion du monde Tommy Pickering croit que le meilleur moyen de les attraper est de pêcher au cage feeder. Nous avons donc  rencontré deux fois le champion britannique pour en savoir plus sur son approche de la brème en  rivière, et comment vous pouvez obtenir plus de touches  en suivant ses conseils.

Aujourd'hui, Tommy est sur la rivière française l'Oise , juste au nord de Paris. C'est un endroit bien peuplé en brèmes, mais la plupart des pêcheurs locaux sont des pêcheurs à la grande canne ou à la bolognaise. Tommy est sûr qu'il peut faire une très grosse bourriche  en utilisant des tactiques d’amorçage du Royaume-Uni - les mêmes tactiques qui l'ont aidé à obtenir des centaines de victoires en concours  au cours des 40 dernières années.

 

« Les brèmes aiment les esches et une chose qu'elles aiment plus que tout autre appât est la farine de poisson», explique-t-il tout en faisant tourner dans ses main son bac d’amorce.  «C'est le mélange Sonubaits. F1 qui 'est la première formule pour la capture de brèmes et de plaquettes  au Royaume-Uni.

"Je suis sûr que les brèmes vont être captivées  par l'arôme et le goût, donc je prépare un sac plein de 2 kilos car je  suis sûr que je vais attraper un peu de poisson aujourd'hui."

Mélanger l’amorce F1 de façon à ce qu’elle s’agglomère facilement mais se détache tout aussi simplement.

"Je suis sûr que les brèmes vont être captivées  par l'arôme et le goût, donc je prépare un sac plein de 2 kilos car je  suis sûr que je vais attraper un peu de poisson aujourd'hui."

Dans son amorce, le vainqueur des Masters Parkdean ajoute quelques vers hachées, du maïs doux, et des casters. Aucun de ces appâts ne sont utilisés en grandes quantités, il s'agit simplement de lui donner quelques options d’esches différentes  tout au long de la session.

"Le ver coupé à l’hameçon sera mon esche de départ», nous dit-il. "Mais le maïs et les casters  me donnent  quelques autres options. Il est normal de choisir certaines esches pour les grosses brèmes mais la carpe peut entrer en fin de pêche, en n’étant pas indifférente au maïs doux, donc j’en mets toujours dans mon amorce.


"J'ai également quelques asticots avec moi au cas où je tomberais sur un banc de gardons ou d’hybrides. Je ne veux fermer aucune  option de pêche, comme je le ferai en match, pour ne pas être coincé si les brèmes ne mordent pas ! "

Tommy va ajouter de petites quantités de casters  et de maïs doux à chaque rechargement du feeder.

Les montages de Tommy sont très simples.

 

 

C'est un mélange d’amorce très simple. Pas de vers de vase ou de fouillis, pas d’argile, aucun additif. Tom croit que l’amorce F1 est assez bonne pour attirer seule le poisson. Il prend juste soin d’aromatiser ses esches avec un additif complémentaire à l’amorce. Il aime garder les choses simples. Son montage l’est également !

"Je n'aime pas  compliquer les choses  dans ma pêche et mon montage est un exemple que l’on peut garder les choses simples pour attirer et attraper un maximum de poissons», explique-t-il.

 

 

Un feder ouvert Korum  a été utilisé par Tommy sur cette session.

 

Un Korum Quick-Change bead permet un changement rapide du bas de ligne.

 

 

 

 

«J'ai monté un hameçon à palette  PR 355  sur un bas de ligne  constitué de nylon POWER en 15/100ème. La boucle terminale du bas de ligne est fixée au corps de ligne au moyen d’une perle coulissante à agrafe  Quick change Bead.  Un feeder ouvert Korum de 56gr  y est fixé. Ce montage a un fort effet anti-emmêlement, ce qui donne une parfaite confiance quand on utilise un bas de ligne entre 30 et 60cm de long.

 

 

 

 

 

 

"Je ne vois aucun besoin d'utiliser un bas de ligne plus long, à moins que la rivière ne coule vraiment d’avantage.  Aujourd'hui,  le courant est lent et régulier, ce qui est parfait pour la pêche au feeder. Je veux juste que le feeder tienne le fond, et qu’il se décolle dès qu’une brème engamera l’esche et se piquera immédiatement. "

Tommy  commence sa pêche en amorçant au moyen de 10 à 15 feeders lancés sur le coup. Cela permet d’avoir un confortable tapis d’amorce et d’esches sur le fond de la rivière, suffisant pour arrêter un banc de brèmes en maraude.  Avant même de fixer son bas de ligne, Tommy constate quelques tapes sur le scion, signe que des brèmes sont déjà en train de se nourrir sur la zone !



Voyez la taille de cette brème !

Il suffit d’un lancer pour que Tommy obtienne sa première touche, le scion pliant violemment sur une belle brème passant les deux kilos piquée à l’hameçon. Tom la met rapidement à l’épuisette en gardant sa canne de 12 pieds haute et en moulinant constamment.

Choisir le diamètre du scion en fonction de

la taille de feeder utilisé.

"Il y a un peu de poisson ici", sourit Tom. «Je pense que nous pourrions être dans une journée intéressante aujourd'hui, avec beaucoup de poissons capturés. Je vais recharger le feeder  et relancer immédiatement. Chaque  brème sera mise en bourriche pour éviter d’aller effrayer le banc en place. »

 

 

Asseyez-vous les bras croisés lorsque vous

pêchez la brème pour éviter de ferrer trop tôt .

Et à peine son feeder touche l’eau que le scion commence à danser à nouveau. Mais Tom ne ferre pas encore. Il s’agit de ce qu'il appelle «préliminaire»  à la touche, où les brèmes se nourrissent directement sur le feeder et testent l’esche. C’est pourquoi il pose la canne, sur les supports, pour éviter de ferrer prématurément. Tom ne ferrera pas avant que le scion ne reste franchement plié ou qu’il ne revienne complètement comme c’est souvent le cas pour des touches en rivière.


"Je pêche avec la pointe de scion à 90° par rapport au feeder, situé en aval sur le coup. Je ne veux pas déplacer le feeder et pêche avec un léger ventre sur le corps de ligne constitué de Preston Power Maxx. Il est de couleur sombre ce qui me permet de bien visualiser sa tension une fois le feeder sur le fond. C’est quand je vois ce coprs de ligne se tendre franchement, que je ferre et pas avant. Cela évite la surpression inutile sur le poisson et optimise mes ferrages. "

Cette patience paie les dividendes de Tom, car tous les poissons testent maintenant l’esche longuement avant de l’engamer. Tom prend une dizaine de poissons dans la première heure et les brèmes deviennent naturellement plus prudentes à présent. Tom s’assois littéralement sur ses mains pour éviter de ferrer trop tôt. »

Vient alors le temps de changer d’esche, Tom tente un passage à l’asticot pendant une heure, ce qui lui vaut la prise de multiples gardons et hybrides, ainsi que quelques plaquettes. Il est étrange de trouver ces poissons ici en France dans un unique gros banc, mais avec la puissante attractivité de l’amorce F1, Tommy n’est pas surpris.


"une amorce à base de farine de poisson n’est pas vraiment un bon choix ici , surtout si elle est combinée à un arôme crémeux et doux type brasem, comme peut posséder l’amorce F1 », dit Tom. "Mais j'ai prouvé aujourd'hui que cela fonctionne mieux que ce que les pêcheurs français peuvent penser. La bourriche que j’ai pu amasser en deux heures est stupéfiante. Le nombre de brèmes et de gardons que j’ai pu attraper est incroyable ! ».

 «C'est vraiment intéressant de voir que la tactique que j'utilise à la maison au Royaume-Uni fonctionne ici,  même si je ne suis pas surpris», a t-il ajouté. "Aux Pays-Bas, en  Italie, en  Allemagne et même en Russie cette approche pour la brème a fonctionné à merveille et montré aux  pêcheurs locaux une nouvelle façon d'attraper beaucoup de poissons.


Les hybrides sont aussi grands amoureux de l'amorce F1.

«L’aspect le plus intéressant de la pêche au feeder, c'est que c'est un moyen simple et pas cher pour prendre du poisson.  Une canne et un moulinet, un sac d’amorce et quelques feeder est tout ce dont vous avez besoin. J’ai utilisé le même feeder toute la journée et l’amorce a été amplement suffisante. J’aurais même pu en mouiller beaucoup moins. Les vers proviennent du jardin, donc ce fut une journée vraiment rentable ! »
Comme Tommy lève sa bourriche hors de l’eau, suite à une courte pêche de 4 heures, il constate l’étendue de son succès. Il peine à sortir cette bourriche qui dépasse les 50 kilos. Vous n’avez pas encore essayé les brèmes au feeder ? Il est grand temps de le faire !

Quel résultat!  Plus de 50 kilos de brèmes !

Date de dernière mise à jour : 23/10/2012

<SONUBAITS