8ème partie : Les montages

Les montages

 

Une règle de base au quiver consiste à rendre le poids du plomb et/ou de l´amorçoir le plus discret possible, de manière à ce que le poisson s´alimente sans aucune résistance à part celle du scion, que l´on choisira le plus sensible possible. Deux possibilités s´offrent alors au pêcheur.

Un montage occasionnant un effet d´auto-ferrage lorsque la tirée du poisson arrive en butée contre le poids du feeder ou du plomb ou un montage coulissant, laissant le soin au pêcheur d´assurer le ferrage.

Je vais vous présenter 4 montages, ils sont assez représentatifs de ce qui s´utilise le plus souvent au bord de l´eau. Il existe certainement d´autres montages pour d´autres conditions mais je souhaite en rester à ces quatre, qui permettront aux néophytes de se familiariser avec les mécaniques et reflexes du quiver, libre à eux ensuite d´évoluer.

 

Le montage en potence

 

Le principe du montage repose sur le fait que le poisson ne sente aucune résistance de la part du feeder ou du plomb tant qu´il ne se déplace pas sur une distance correspondant à la longueur de la potence (brin de fil sur lequel est monté l´amorçoir) Bref, c´est un montage discret et sensible (à condition d´utiliser des scions sensibles) qui peut s´utiliser partout où les eaux sont relativement calmes, en étang comme en canal. Ce montage est idéal pour des pêches de gardons ou brèmes difficiles ainsi que les pêches dans peu d´eau où les poissons sont souvent plus craintifs. Le seul inconvénient de ce montage vient peut-être de la présence de ces deux des brins qui risquent de s´emmêler lors du lancer, mais il existe des solutions à ce problème, le gros nylon par exemple.

Pour réaliser un montage en potence, on peut également utiliser le fil du moulinet, si celui-ci a une épaisseur suffisante pour limiter les emmêlages. On crée tout simplement une grande boucle au bout de la ligne


Puis on ouvre cette boucle afin d´obtenir deux brins.


Le brin court est destiné à recevoir l´amorçoir, le brin long sera rallongé du bas de ligne.


Afin de réduire considérablement les emmêlages, j´ai fabriqué des montages en gros nylon (42/100èmes), il suffit ensuite de relier ce montage en haut au corps de ligne et d´y monter un bas de ligne. Par ce procédé vous serez opérationnel beaucoup plus rapidement, surtout si vous avez l´habitude de démonter votre ligne après chaque pêche.

 

Le montage avec grande boucle

 

Ce montage est souvent utilisé en rivière car il emmêle peu au lancer. C´est un montage auto-ferrant typique car le feeder est destiné à coulisser dans la boucle jusqu´à un certain point puis entrera en butée avec la fin de la boucle pour que le poisson se ferre automatiquement.

 

Pour obtenir le coulissement, on emprisonne l´émerillon agrafe accueillant le feeder dans une boucle.


Pour limiter l´emmêlement, on tresse ensuite les derniers centimètres du bas de la boucle.

 


 


On referme ensuite la grande boucle. On peut ajouter un émerillon en haut du montage, il permettra de relier rapidement ce montage au corps de ligne.

 


La qualité du coulissement est directement liée au diamètre de l´anneau de l´agrafe sur laquelle on fixe l´amorçoir.

On obtient également un meilleur coulissement en écartant les deux brins de la boucle au moyen d´une perle dure (optionnelle). On peut également rallonger d´environ 1 ou 2 cm le brin de fil accueillant l´agrafe, le poids de l´amorçoir ne sera pas en contact avec le nœud lors du lancer et la boucle sera un peu plus ample pour un meilleur coulissement de l´agrafe.

Il est important que la partie tressée soit au minimum aussi longue que l´amorçoir lorsqu´il est accroché sur le montage, de manière à ce que le bas de ligne ne touche pas l´amorçoir.


Ce montage est vraiment très polyvalent, que ce soit la rivière et pour lancer à longue distance. Les puristes vont lui préférer le montage potence pour les conditions de pêche sensible.

 

Le montage coulissant

 

On passe simplement le corps de ligne à travers un émerillon-agrafe (ou perle agrafe, au choix) qui coulisse librement ou qui entre en butée contre un stoppeur (effet d´auto-ferrage)

On protège en général le nœud de l´émerillon de liaison avec le bas de ligne par une perle enveloppante (ou perle normale relativement dure, au choix)

La perle du haut sur le schéma sert à éviter que l´anneau de l´émerillon agrafe ne passe au-dessus du stoppeur si celui-ci est assez fin.

 

Ce montage est très basique et d´une mise en œuvre ultra-rapide mais je lui reproche une tendance à l´emmêlement un peu plus prononcée.

Certains pêcheurs ne gardent que le tressage du bas et en n´enfermant pas l´émerillon dans une boucle, c´est un montage hybride entre le coulissant et le montage à boucle.

On peut également remplacer la perle-agrafe par un petit tube anti-emmêleur d´environ 5 cm  (de la longueur minimum de l´amorçoir en fait) équipé d´une agrafe.

En montant ce tube avec l´agrafe vers le haut, on obtient un décrochement du bas de ligne, limitant considérablement les emmêlages au lancer. Ce montage est très bien pour les grosses pêches nécessitant moins de sensibilité.

 

 


 

Le montage méthod feeder

 

On passe le fil à travers le ressort amorçoir  (plombé ou non) puis on enfile une perle de protection du nœud (ou cache émerillon, au choix) puis on noue un émerillon, reliant le bas de ligne. Selon les préférences, on montera ou non une perle de blocage au-dessus de l´amorçoir, elle servira à créer une butée après quelques centimètres de coulissement et créer de ce fait un bon auto-ferrage grâce au poids du feeder encore garni d´amorce. Cette perle peut aussi être directement contre le feeder, le ferrage est alors direct

.


 

 

<SONUBAITS