5ème partie : Les bas de ligne

Les bas de ligne

 

A priori, rien de particulier ne caractérise un bas de ligne pour la pêche au feeder par rapport au matériel déjà connu et utilisé au coup ou à l´anglaise, il y a cependant quelques particularités. Dans ce domaine, tresse et nylon se livrent également bataille… mais un peu moins féroce et seulement pour un certain type de pratique.

 

 

Le nylon (et autres monofilaments)

 

Honneur au plus utilisé, à savoir le monofilament. Gardons à l´esprit que nous pêchons au fond et que notre bas de ligne y repose (normalement) à plat. Au quiver, le souci de transparence ne devrait à mon sens pas préoccuper à outrance le pêcheur car même si cela devait être le cas, sachez que le fond ainsi que ses diverses agressions mécaniques (micro-rayures des pierres et du sable, coloration par l´eau, etc.) auront rapidement raison du petit avantage en transparence que vous aviez lors du premier lancer. Votre bas de ligne fait corps avec le fond et il n´y a guère que les derniers centimètres, voir millimètres qui jouent un réel rôle de discrétion dans la performance de votre piège. Attention, je n´aborde pas encore la longueur du bas de ligne, je pense simplement que la discrétion doit se trouver en premier lieu à l´hameçon pour que le poisson veuille saisir l´esche, ce qui se passe ensuite est une autre histoire… Vous aurez compris que je m´adresse ici au fluorocarbone, initialement développé pour leurrer les truites et leur vision perçante, n´y voyant que du feu en scrutant la surface de l´eau, oui-oui, la surface et non le fond… !

 

J´attache beaucoup plus d´importance à la rigidité du nylon, car cette caractéristique va retarder l´apparition des premiers vrillages et nœuds autour de l´amorçoir par exemple. L´élasticité est un autre critère important car elle limitera ou retardera les casses au ferrage ou lors du combat.

En y regardant de plus près j´ai malheureusement une préférence pour deux caractéristiques souvent inconciliables car un nylon raide a souvent peu d´élasticité ! J´essaie de trouver le meilleur compromis en privilégiant d´abord l´élasticité, cette caractéristique sera plus adaptée pour sauver un combat lors des premières minutes (où le nylon n´est pas encore ou peu tortillé). Un nylon rigide va retarder le vrillage, soit, mais un choix de diamètre un peu plus élevé le fera aussi… n´oubliez pas que vous pêchez au fond… Pour les pêches « techniques » et fines, à vous de choisir VOTRE meilleur nylon tout en sachant que vous n´aurez pas de pêche tranquille et sans ennuis techniques au feeder avec du fil fin.

 

Je passe l´épisode de la résistance linéaire (au nœud ou pas au nœud), je passe également les discussions au sujet du diamètre réel, du vrillage ou encore de la marque. Chacun avancerait en effet ses arguments et je ne souhaite pas déclencher une avalanche de mécontentements ou oppositions par rapport à un modèle ou une marque nommés… Je pense sincèrement qu´un bon équilibre entre l´élasticité et la rigidité profite le plus au quiver, ensuite à chacun de voir, s´il souhaite privilégier la rigidité et avoir moins d´élasticité ou s´il souhaite privilégier l´élasticité quitte à gagner en rigidité en augmentant le diamètre.

 

La tresse

 

La tresse (coulante ou non) est sensée vous apporter les avantages du faible diamètre par rapport à une résistance donnée, elle est également sensée vous procurer de la discrétion liée à ce faible diamètre ainsi qu´une certaine résistance à l´abrasion.

Lors de pêches de barbeaux en rivière assez encombrée, j´ai utilisé pendant une certaine période des bas de ligne en tresse, car je pensais que celle-ci me donnerait une certaine sécurité face aux diverses abrasions et me permettaient de présenter discrètement une esche avec une marge de résistance (linéaire et à l´abrasion) satisfaisante. Qu´ai-je remarqué lors de ces pêches ?

 

Au fur et à mesure des casses sur des tresses très fines de type 10/100èmes (c´est fin, mais on m´avait dit que l´avantage de la tresse est justement de pouvoir pêcher plus fin et avec la même résistance… !), j´ai augmenté le diamètre et ai pêché avec des tresses de 15 lb. Dès 12 à 15 lb, les fabricants ne parlent plus du diamètre, et pour cause… Je n´ai plus eu de casses, du moins pas au niveau du bas de ligne mais plutôt au-dessus… mais j´ai continué à démêler régulièrement le bas de ligne, souplesse de la tresse oblige. Un autre constat : les touches ont baissé avec de la tresse plus épaisse.

Et en étang alors ? Je dois avouer ne pas avoir utilisé bien longtemps la tresse fine en étang, sa propension à s´emmêler à cause de sa souplesse m´a toujours fait préférer le nylon, et encore plus à longue distance.

 

Quel diamètre ?

 

Fort des constats précédents, je suis repassé au nylon dans quasiment toutes les pêches (excepté au method feeder), cela va du 20 à 25/100èmes pour des pêches fortes et esches volumineuses (pour barbeau, carpe) au 16/100èmes pour les pêches moyennes et au 12/100èmes pour les « pêches fines ». Je ne m´amuse pas à descendre en-dessous de ce diamètre de fil sachant non seulement que le fil est posé sur le fond, lui donnant toute la discrétion nécessaire, mais qu´en plus une relative épaisseur du bas de ligne rend manifestement le vrillage un peu plus difficile. Il est bien évident que les choix de diamètres ci-dessus sont personnels, je souhaite simplement donner un ordre d´idées.

 

Quelle longueur ?

 

Petit rappel : un bas de ligne trop long peut dans certaines situations laisser une trop grande liberté au poisson pour gouter ou vider l´esche, il repartira sans que le pêcheur n´ait eu la moindre indication au niveau du scion. Un bas de ligne trop court peut par contre faire sentir trop vite au poisson la résistance du montage ou du scion, engendrant des touches trop rapides, stimulées par la crainte et une tentative rapide pour dérober l´appât. J´ai souvent constaté une baisse sensible des touches pendant un bon bout de temps après avoir « pêché trop court »

 

S´il est vrai, que beaucoup de pêcheurs recommandent de débuter par des bas de ligne très longs de 1 mètre ou même plus, je commence presque toujours ma pêche en étang ou canal, par un bas de ligne entre 50 et 70 cm maximum, puis je réduis si les touches sont passées inaperçues. Là aussi, le choix est purement personnel mais il est motivé par une recherche de gain de temps car j´ai eu plus souvent à faire à des touches inaperçues qu´à des touches trop rapides et inferrables. Ce choix de longueur de bas de ligne de départ me permet le plus souvent de prendre plus rapidement le premier poisson. Je rajouterai qu´une bonne connaissance du cheptel des poissons peut guider votre choix de longueur de bas de ligne, comment ?

Pour une forte population de gardons ou carassins je vous recommande de débuter avec de longs bas de ligne car ces poissons sont particulièrement chipoteurs, pour les autres poissons, commencez par un bas de ligne un peu plus court. Ces conseils peuvent s´avérer faux dans certaines conditions mais en général cela se vérifie.

 

En rivière, je choisis une longueur de bas de ligne légèrement plus courte (environ 40 à 50 cm) car les touches sont beaucoup plus franches, ce qui est vraisemblablement lié au fait que les poissons sont obligés de consommer vite sous peine de perdre la nourriture dans le courant ou chez les concurrents.

 

Au méthod feeder, la longueur de bas de ligne sera nettement réduite aux environs de 5 à 8 cm (j’y reviendrai sous la rubrique montages), le matériau utilisé sera alors exclusivement de la tresse, en raison de sa grande résistance linéaire, nécessaire dans la mesure où il s´agit d´encaisser un grand choc sur une petite longueur de bas de ligne.

Petit aparté : des bas de ligne du type rigide en nylon 35 ou 40/100èmes sont très performants au method visant la carpe car ils ont une caractéristique anti-éjection intéressante. En effet, un brin de fil tellement court sera assez rigide pour rendre l´éjection de la bouche de la carpe très difficile et le poisson se piquera plus facilement lors de sa fuite.


<SONUBAITS