Mon petit coin de paradis

 

Chacun d’entre nous a au moins un coin de pêche qu’il adore, un endroit où il se sent bien et aime tremper sa ligne, passer du bon temps seul ou avec des amis. Un lieu qui offre tantôt des joies immenses, tantôt des moments de doute lorsque rien ne fonctionne mais où le simple fait d’être sur la berge, face à l’eau, emplit de joie et de sérénité. Pour certains d’entre nous, ce sera un coin de canal où l’on a parfois fait ses premières armes, en prenant de jolis petits gardons ou d’autres espèces plus imposantes. Pour d’autres, ce sera une petite rivière qui serpente dans les près, lentement en été pour s’énerver en hiver et qui révèlera à chaque sortie de nouveaux plaisirs, tantôt de magnifiques chevesnes pêchés au ras de la berge en face sous les arbres surplombants les flots tourbillonnant, tantôt les goujons comme jadis le mercredi après-midi, les pieds dans l’eau à la grattée.

Nous avons tous notre petite histoire sur ce lieu de pêche, nos petites anecdotes que l’on raconte au troquet du village, autour d’un demi, à des copains dubitatifs sur la taille de votre dernière prise….Qu’importe, vous, savez que ce petit coin vous restera fidèle, et vous accueillera à bras ouverts à votre prochaine sortie comme un vieux pote qui vous manque et que vous ne voyez plus que trop peu.

 

un endroit sauvage, préservé....

Moi aussi j’ai mon petit coin de paradis, mes petits coins devrais-je dire… et bien que j’aime partager avec vous l’essentiel de ma pêche, de mes joies et plaisirs et de mes prises, je me garderai de médiatiser le lieu exact de cet article. Pourtant je ne résiste pas à pas à l’envie de vous montrer une partie de ce lieu magique qui exerce sur moi un attrait particulier depuis quelques mois, depuis que je connais les lieux et que j’essaie d’y prendre des carpes on ne peut plus sauvages. Cette ancienne gravière de taille modeste a été creusée depuis pas mal de temps et son propriétaire, un amoureux de la nature, l’a achetée il y maintenant 30 ans, et tente de lui garder un aspect naturel, tout en l’entretenant,  afin d’y faire un paradis du pêcheur.

Une rivière coule au fond du terrain, lente et tumultueuse en hiver, ici calme avant la tempête

Nous sommes ici loin des carpodromes que je fréquente, mais je dois vous avouer à travers cet article que ces plans d’eau privés, offrant pas mal de touches, n’ont pas le même attrait pour moi, même si je les fréquente beaucoup. Je me vois mal vous présenter des vidéos d’une heure avec un seul poisson à  la clé, difficilement leurré en milieu naturel, mais qui vaut toutes les carpes de carpodromes du monde.

 

des postes qui "puent" la carpe en été, mais un peu plus dure quand la saison froide arrive

 

Sur ce type de plan d’eau, il faut accepter les capots, les déconvenues, pour y revenir encore plus fort et y prendre une de ces vaches qui vous donnent tant de fil à retordre. Les techniques sont variées, et il m’arrive même d’y pêcher au bip, si je pense que c’est le meilleur moyen de piquer un beau fish…

L'automne est arrivé !

Nous voici donc dans ce que j’appelle mon petit paradis. Un endroit calme au milieu de nulle part, où les pêcheurs autorisés à y tremper leur ligne se comptent sur les doigts d’une main. Un endroit où il faut être un amoureux de la nature pour pouvoir profiter pleinement des joies de la pêche mais pas seulement. Un endroit enfin, où je viens me vider la tête, loin de tous, sans penser à quoique ce soit d’autre que le moment présent…. Mon petit paradis.

Un jour de pluie parmi tant d’autres, une météo à ne pas sortir le chien….je rejoins mon ami Kevin, pour une petite sortie sur ce fameux plan d’eau. Pour ma part, j’ai envie de tester mon nouveau joujou, la Colmic Sponda, véritable barre pour pêcher en bordure, longue de 4m, qui ne plie quasi pas sous la traction, parfaite donc pour les postes sous les arbres où l’on ne peut pas forcément travailler proprement le poisson sans  cogner dans les branches.

J'en profite pour tester la nouvelle SPONDA de Colmic, une barre, une vraie bête de muscle !

Un élastique plein de 3mm dans le ventre, la Sponda ne bronchera pas ! Un de ces élastiques que l’on craint de monter dans une canne, tant il est puissant…heureusement pour les détaillants, ce n’est qu’un prototype qui ne verra pas le jour, car ce genre de truc vous fait péter un kit à la gu*** en 2 secondes….mais bon ! Pour la Sponda, il faut bien ça !

Tension minimum, on travaillera au pulla, intérêt énorme de cette canne où l’on maitrise sa tension d’élastique au millimètre.

 

La voiture est chargée, je retrouve Kevin après un moment sur la route où les autres partent bosser. Ces kilomètres sont pour moi à chaque dois une occasion de me mettre dans le « bain », de penser à ma pêche et à la tactique du jour, à ce que je vais faire. Elle me permet également de me faire une idée précise de la météo qui  influence énormément mes choix en matière tactique, notamment en matière d’esches.

J’arrive sur les lieux alors que le jour se lève, le ciel est chargé de milles crachins, prêts à tomber mais je suis serein, content d’être au bord de l’eau. Après un petit café tout droit sorti du thermos et quelques biscuits, nous montons le matériel et nous approchons des postes. Cet étang est magnifique, bordé de végétation vraiment dense, où le choix est difficile. Nous commencons toujours par faire un petit tour des lieux, à la recherche de signes d’activité, de fouilles et de remous, et un énorme splash près d’un arbre immergé nous donne le sourire. Malgré les 5°, les carpes semblent bouger un peu et les différences énormes d’amplitude thermique de ces derniers jours semblent ne pas les laisser de glace. Le matos est vite en place, et la pêche commence. Premier poste, au ras d’un arbre entrant largement dans l’eau, j’amorce au maïs doux, esche ancestrale pour les carpes, mais qui rapporte toujours. L’attente commence…

Installation sommaire et rapide, qui permet une grande mobilité

 

Première touche au bout de 20 minutes, une magnifique tanche vient percer la surface, et rejoint rapidement la berge. La Sponda n’a pas bronché, l’élastique n’est sorti que de 10 cm mais ce superbe poisson me remplit de joie…une tanche en automne, quel magnifique début !

le plat du jour !

Le chalet pour les repas au chaud, au sec...

réchauds officiel et improvisé....sur le "Kuchekoche".

Un poste prometteur

un poste acrobatique !

Sculpture naturelle, un régal pour les yeux !

L’après-midi continue sur notre lancée, quelques tanches et brèmes nous sourient mais toujours pas de carpes. Je n’ai pas pu tester la canne comme je l’aurais voulu, mais une chose est sûre, je retournerai dans mon petit coin de paradis, pour d’autres aventures, pour d’autres prises, pour d’autres moments de rêve, où à chaque sortie je prends mon pied, comme un jeune pêcheur qui fait ses premières coulées….

Quelques photos supplémentaires des lieux, en attendant une autre visite et d'autres reportages, dans...mon petit paradis !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 17/10/2013

<SONUBAITS