"Sortie détente en gravière, juste pour le plaisir..." (2 juin 2016)

Entre la famille, le sport que je viens de reprendre, le taf qui est pas de tout repos, et une météo qui ne donnait vraiment pas envie,  j’avais du mal à trouver une journée pour aller me détendre au bord de l’eau….et pas « SOUS » l’eau….
Puis  arrive ce Jeudi qui tombe à pic, rien de prévu si ce n’est que j’ai la journée pour moi et je décide d’aller au bord d’une de mes gravières favorites, histoire de renouer contact avec le mucus, je l’espère. Le frai est a priori passé, les carpes mordent quelque peu selon les denières infos. Avec les crues du moment, je me vois mal retourner en rivière prendre un autre capot. J’ai peu de temps de pêche en ce moment, j’ai besoin de me faire un peu mal  aux bras avec la fougue de quelque cyprin en mal de nourriture.

C’est jeudi matin, un jeudi comme un autre où les routes alsaciennes sont très chargées, surtout autour de Strasbourg où l’on a toujours pas compris qu’il n’y  avait qu’une artère qui contourne la ville et qui se charge chaque matin entre 7h et 9h. Rien n’y fait, c’est inévitable et cela rallonge fortement le temps de trajet. Qu’importe, je ne suis pas pressé ce matin, ayant pris le temps de prendre un petit déjeuner en famille, avant de me rendre aussi au « turbin ». La radio annonce encore des échauffourées en Bretagne, Paris s’inonde….bref, une tranche de vie quotidienne où l’on ne relève plus les belles choses que l’homme accomplit, mais la radio déballe l’éternelle ritournelle de la complainte du français qui se plaint… On nous sert tout et rien à la fois, cela occupe les masses et pendant ce temps là, les « leaders » s’encanaillent toujours un peu plus.
Bon, revenons à nos chers poissons puisque nous sommes tous sur ce site pour cela. J’ai à l’idée aujourd’hui d’aller taquiner les carpes, avec si possible l’envie de déposer sur le tapis quelques belles pièces pour me dégourdir les kits. En cette saison qui va enfin vraiment commencer pour moi, je vois en arrivant sur les lieux que les fouilles sont assez nombreuses au large, cela commence à15-20m du bord, et cela s’étale un peu. Les eaux sont assez chargées, il y a de l’activité. C’est bien meilleur signe qu’à ma dernière venue où les eaux étaient assez froides. La météo annonce aujourd’hui un ciel couvert  sans trop de pluie, c’est également un bon signe sur ce plan d’eau qui marche pas trop mal par temps moyen. La température est douce,  il est tout à fait possible de rester en polo, et je compte bien tenter la pâte, nous sommes quand même en juin, et il est temps de prendre un peu confiance. J’ai fait pour choix aujourd’hui deux pâtes de chez Force 1 baits, les Carp Hook Pasta, l’une au Monster Crab et Garlic, couleur naturelle, et l’autre Green Betaine, de couleur verte.

Img 20160602 101131 small

Je suis assez optimiste, j’emploie également mon mélange de pellets fétiches, le 4-10-16 Monster Crab. Le poisson blanc est en activité, on voit pas mal de gardons dans les bordures et quelques gros pellets ne feront pas de mal une fois sur le fond. Une approche assez classique, optimiste, pour du beau fish.

Je jette mon dévolu sur un poste assez peu profond et très encombré, le frai n’est pas bien loin et je pense que cette zone sera un passage obligé pour quelques belles carpes en mal de chaleur. La gravière est profonde mais sous la canne, sur ce poste, j’ai environ 2.50m, ce qui est TRES moyen mais suffisant à mon goût. En arrivant, j’ai d’ ailleurs vu trainer deux mémères au soleil, j’espère qu’une d’entre elle aura « les crocs » !
Je pose directement une coupelle pleine sous la canne, le temps de monter une ligne. Un flotteur maison en 0.40 gr,  autoplombé, sur un nylon de 25/100, vu les encombrements, et un hameçon TARGET Spécimen de Gardner Tackle, un superbe produit qui me réussit pas mal à la pâte. Je compte employer des boules de 30mm environ, et une taille 10 est la limite basse pour ce plan d’eau. J’ai prévu également un taille 12 si les boules venaient à diminuer en journée, le poisson étant très chipoteur il faut parfois des micros boulettes de pasta pour déclencher les touches.

Img 20160602 103343 small

Me voilà posé, en attente d’une première touche qui mettra un peu de temps à venir, malgré des fouilles assez conséquentes, des passages dans le fil, et qui se soldera par une décroche magistrale après que ma bonne vieille Knock Out de Garbolino se tende comme sur le dernier big neness de chez mon poto Alain….

Canne

Pas grave, on remet de la pâte verte, et on attend. Je ne remets aucun pellet pour le moment, je pense qu’il en reste encore un peu sur le fond. Peine perdue, pas de touche avant une vingtaine de minutes, je nourris un fond de coupelle assez copieux, et repose une boule Garlic cette fois-ci. La touche est plus rapide mais ferrage dans le vide. Même chose 3 fois de suite, la loose… La pâte n’est pas engamée fortement et aucun piquage clair et net ne se fait. Je change donc mon fusil d’épaule, pose à nouveau un fond de coupelle et cette fois-ci, j’attends un peu en remontant une autre ligne cette fois-ci pour un changement d’esche. Puisque le poisson est présent mais ne mord pas assez pour la pâte, je jette mon dévolu sur un pellet mou très sympa de la gamme Force 1, le Soft Hook Pellet Evolution, parfum Garlic. Ah oui, l’ail, et son attrait sur les gros poissons. Mon ami JAcques m'en avait fait l'éloge et montré par A+B que ca marchait fort au Bruly lors de notre dernière entrevue, et j'étais reparti avec un pot à tester, moi qui ne suit pas un grand adepte des pellets mous auxquels je préférais les expansés à la pompe, j'étais bluffé...

Softhook modifie 1

C’est un arôme qui me tient à cœur et que j’aime employer. Mon flotteur sera à quille métal, en forme goutte d’eau allongée. C’est bien stable, ça quille très vite et ça coule à la moindre sollicitation. L’antenne est assez courte et ne dépasse que de quelques millimètres.

Flotteur

La stabilité d’une quille métal sur ce type de pêche est déroutante, dès que le pellet mou est engamé, le flotteur coule direct et c’est souvent gage de réussite au ferrage car avec ce type d’esche, vous n’avez aucun droit à l’erreur, il faut piquer bien, il faut piquer vite, il faut piquer fort !

Même ligne ou presque avec un hameçon numéro 12 cette fois ci et toujours un flotteur en 0.40g équilibré d’un  groupe de stotz 8 à 40cm de l’hameçon et un autre 8 à 20 de ce dernier. Du tout bon, une ligne propre qui pêchera bien.

Je pique délicatement un de ces magnifiques pellets bien huileux qui laisse une odeur d’ail sur les mains après avoir rechargé l’hameçon. Ces petits pellets paraissent hyper attractifs, et diffusent énormément dès leur contact dans l’eau. On est sur du qualitatif, un peu fragile certes, mais au combien efficace. Et c’est ce qu’on lui demande, attirer pour piquer.

Je n’ai pas posé ma ligne à l’eau depuis deux minutes que le flotteur coule franchement mais ressort de suite… je laisse quelques secondes, il recoule et je me vois ferrer un poisson qui tape un rush direct vers les arbres immergés. Je serre les miches et le combat est âpre. En voyant une petite commune nerveuse fendre l’eau juste sous la surface dans le sens opposé cette fois-ci je vois que l’adversaire n’est certes pas une vache, mais quel peps !!! Je revis, j’adore ces rushs de fou que je contre en bandant la canne à l’opposé, juste ce qu’il faut pour faire tourner le poisson et le ramener bientôt dans l’épuisette….Une superbe petite commune, qui retournera tranquillement dans son élément après quelques photos.

Commune 1

Après un nouveau rappel à la coupelle, je redépose la ligne et la canne sur la barre d’amorçage. Je consulte un peu le célèbre réseau social et quand je tente de reposer les yeux sur le flotteur, après quelques minutes, je vois que ce denier tressaute. Paf !!!! Nouveau poisson piqué, une miroir un peu plus lente cette fois-ci. La différence de combat est énorme, elle vendra sa peau  rapidement, mais c’est sympa quand même de piquer un autre poisson.

2eme miroir

La journée fait un bien fou et se terminera avec un autre poisson qui m'a donné beaucoup plus de fil à retordre. Une autre commune, aussi vivace que la première. Il est temps de rentrer à la maison, où l’on m’attend pour une soirée en famille, qui me fait tant de bien en ce moment.

3eme commune 1

3eme commune 2

Le bilan est simple, la pâte n’était pas la solution du jour. Quand les poissons sont aussi tatillons, c’est trop difficile de maintenir le cap. Il faut souvent changer son fusil d’épaules lors de ces périodes où la météo change chaque jour et que la pression atmosphérique fait le yoyo. Une chose est sûre par contre, je ne partirai plus à la pêche à la grande canne sans ces superbes petits pellets, dont  je vais m’empresser de commander un stock sur www.force1baits.fr !!!!

Date de dernière mise à jour : 03/06/2016

<SONUBAITS