Retrouvailles avec Sebnash, à la Limonade (11/07/2017)

Amitié et partage,  deux mots importants à mes yeux, deux valeurs primordiales et indispensables de la pêche au coup, notre passion à tous. Au fil des ans, des amitiés se sont noués grâce à internet qui est pour moi à la base de tout, car c’est sur ce support que j’ai rencontré 80% des pêcheurs que je côtoie. Bien sur, me direz-vous, on peut également rencontrer d’autres pêcheurs au bord de l’eau, à l’ « ancienne », mais  quand on veut s’ouvrir sur toutes les pêches et toutes les régions,  le net est l’outil idéal.

Pecjhemaniac
Tout a débuté pour moi sur Pechemaniac, quand j’ai passé mes premières heures connectées à la recherche de renseignement pour la pêche. C’était et c’est toujours un superbe forum de pêche, où sous couvert d’un pseudo on peut échanger à propos de notre passion. J’y ai croisé mes premiers amis virtuels qui sont devenus pour certains de très bons potes de la vie réelle et aussi quelques vrais amis. Les années ont passé et je suis resté en contact avec quelques uns d’entre eux et revois avec plaisir bon nombre de membres de ce forum quand je les croise au bord de l’eau, même si je n’y passe plus guère, au profit de Facebook qui est devenu pour moi le lieu d’échange le plus ludique pour mes utilisations du net pour le partage. Mon site y a sa page et j’y tiens une actualité assez précise de ce que je fais sur Madfred Angling (  page facebook Madfred Angling)

Madfred angling page copierAu fil des ans aussi, le nombre de personnes autour de moi a diminué, les vrais proches sont restés et une sorte de tri naturel s’est réalisé. Le temps a fait son action, mais aussi mon activité sur le partage a quand même un peu baissé en nombre et je donne moins facilement mon amitié qu’avant, je dois tout simplement vieillir, ou sans doute attacher plus d’importance à des choses que je pensais être des détails il y a quelques années encore. Et oui, on change tous, mais pas toujours dans la meilleure direction, on essaie d’être meilleur et on ouvre aussi les yeux.
Toujours est-il que je suis moins volubile qu’avant, je me concentre un peu plus sur certaines choses, mais je dois avouer que j’ai un peu pris le caractère d’un ours et me méfie énormément de ce qui se passe autour de moi.

Certains amis sont toujours là, depuis toujours, et je les en remercie car ce n’est pas toujours facile d’avoir un mec comme moi dans ses amis, vu le caractère de merde que j’ai et les réactions parfois bizarres que je peux développer. Mais ce n’est pas parce que je ne suis pas tous les jours pendu au téléphone avec certains que je ne pense pas à eux, que je ne les apprécie plus autant qu’avant ou qu’ils ne comptent plus pour moi. L’amitié, c’est quelque chose qui se passe de mot, qui se passe de démonstrations inutiles ou d’épanchements débiles et sans limites. L’amitié, c’est quelque chose qui se vit avec le cœur, qui se partage avec l’être concerné et qui surtout ne doit être ni un poids ni un fardeau, mais quelque chose qui vous remplit le cœur de bonheur à chacun des deux partis, et qui vous monte vers le haut quand tout va mal et vous rassure dans votre vie personnelle comme professionnelle. Bref, ce n’est pas une leçon d’amitié que je tente de faire, mais tout simplement j’essaie de voue expliquer comment je fonctionne un peu, même si c’est quelque chose de très personnel.
Je n’ai oublié personne dans mes amis, même si je les vois moins, je donne moins de signes de vie mais je suis toujours là et je le serai toujours si besoin est, pour tous ceux qui m’ont fait le plaisir et l’honneur d’être leur ami. Seulement, entre potes et amis, il faut savoir avoir la lucidité de se placer, d’un côté comme de l’autre, et comprendre que l’amitié n’est pas quelque chose qui se prend mais se reçoit et se vit à deux.

Bref, on va sécher la petite larme que je viens de vous faire couler, on va cliquer sur « quitter la page » si je vous emmerde avec mes textes à la con, ou on continue ce petit sujet qui me tient à cœur si cela vous intéresse.
J’ai finalement assez peu d’amis par rapport à toutes les personnes que je peux fréquenter à travers la pêche, et ils se reconnaitront car je pense être assez fluide et clair la dessus.

P 20170524 195406 copier

Aujourd’hui, dans ce sujet, je vais juste parler d’une petite journée qu’on a passé chez mon Ami Alain, à la Limonade, où je pêche avec le plus grand plaisir des esturgeons magnifiques, dans un cadre très sympa au pied du Mont Servance. Ces lieux sont en travaux actuellement, depuis des années, parce que la Mairie de Fresse sur Moselle n’a pas forcément aidé Alain dans ses démarches, c’est le moins que l’on puisse dire, et que les normes actuelles d’environnement sont pour le moins surprenantes. Mais bon, il reste encore beaucoup de boulot à Alain, qui creuse encore des étangs, pour le confort des pêcheurs et créer un circuit d’eau à travers sa propriété qui alimentera ses plans d’eau d’une bonne eau pure et bien fraiche, qui ressortira dans le ruisseau à la sortie aussi limpide et fraiche qu’elle n’est entrée sur sa propriété.
Alain est un mec discret que je connais depuis assez peu de temps finalement, mais qui tout de suite m’a montré des valeurs humaines que j’apprécie au-delà de tout.  Non parce que je médiatisais son plan d’eau notamment dans le MadMag mais tout simplement parce que je me sentais avec lui comme à la maison, aller chez lui me permettait de souffler dans un contexte professionnel tendu, et chaque visite dans les Vosges me remettait les pieds sur terre, et me remettait du baume au cœur.
Quand on arrive chez Alain, on se sent comme un coq en  pâte, quand on est ami avec Alain, on apprend sur la nature humaine tous les jours, on découvre de nouvelles sensations, de nouvelles déclinaisons de ce que sont les relations humaines et on donne un autre sens au mot amitié. C’est tout naturellement que j’ai eu envie de rejoindre mon autre ami Sebnash chez Alain, quand ce dernier m’a annoncé qu’il venait passer quelques jours pour se détendre, dans les Vosges, et c’est autour du plan d’eau à esturgeons qu’on a décidé de se retrouver après 5 ans sans se voir au bord de l’eau, malgré que l’on se soit croisés lors de Salons de pêche, sans pour autant pouvoir passer du temps ensemble.

La dernière fois qu’on avait pêché ensemble Seb et moi, c’était pour aller taquiner les silures au feeder et bien le retour se ferait pour prendre des neness et bien rire. Le moins que l’on puisse dire, c’est que depuis 5 ans, il y a eu du chemin de fait, les années et les mois sont passés à une vitesse grand V, et nous avons vécu lui et moi, chacun de notre coté, de sacrées aventures. Certes de grand moments de plaisir pour la pêche, mais aussi le début de sacrés emmerdes qui nous ont éloignés un peu des gens, et qui nous ont construit une carapace indispensable pour ne plus recevoir en pleine face les débilités et autres jalousies provenant de ce que les autres pêcheurs avaient fait de nous, des pêcheurs médiatisés qui partageaient avec plaisir leur humble expérience pour tenter de faire progresser les autres si c’était dans nos cordes et aussi dans nos compétences. Oui, mais quand vous vous mettez toujours en avant, même si c’est pour la bonne cause, vous dérangez, vous êtes jalousés car certains « trublions » et pseudos pêcheurs se font un malin plaisir à vous dégommer car cela les emmerde qu’ils ne soient pas à votre place. Cela les chagrine au plus haut point de ne pas avoir de relations privilégiées avec certaines firmes et leur jalousie vous pète à la gueule, alors que vous ne leur avez rien demandé….
Bref, cette carapace est parfois perçue par certains comme « la grosse tête »  que l’on aurait pris, alors que ceux qui nous connaissent vraiment savent qu’au fond de nous, nous n’avons pas changé, nous sommes toujours les mêmes passionnés depuis des années et l’on ne changera pas, car cela reste de la pêche, même si plusieurs tonnes de poissons ont été prises depuis (j’abuse peut être !), et que le partage est toujours là pour moi, même si j’en fais moins, et Seb n’est jamais avare de conseils non plus.
Vous voyez où je veux en venir, ce n’est pas une pseudo notoriété du net qui change les gens, c’est le regard des autres et les saloperies qui sortent de leur cerveau qui change une image, et fait que l’on peut vous percevoir différemment. Nous n’avons pas changé, nous souhaitons toujours partager, sans doute moins, mais nous n’avons aucun plaisir à  nous palucher quand on nous considère pour ce que l’on n’est pas. Nous restons de simples pêcheurs, et nous le resterons, libre à chacun de penser ce qu’il veut.
Voilà, je tenais à écrire ces quelques lignes, je pense que Seb ne m’en voudra pas car il n’a pas connaissance de ce que je mets dans ces lignes, mais  pour en avoir parlé avec lui, je pense que l’on est en phase tous les deux, et que l’on est toujours là, que cela plaise ou non…et on ne bougera pas !

Dsc5030 copier

Nous voilà donc chez Alain, à la Limonade et on se retrouve sous la pluie pour une météo digne d’un bon mois de novembre. L’eau qui tombe est fraiche, nous sommes en montagne et même si la hauteur n’est pas énorme, le climat y est assez rude. La pêche s’annonce difficile, sur le premier poste que nous choisissons car les autres sont occupés. Seb prendra quelques poissons assez rapidement, je galère pour ma part et les touches ralentissent, avant de s’arrêter. Nous ne tardons pas ce premier soir car étant arrivés vers 15h30, il nous faut déjà partir pour partager un superbe moment d’amitié autour d’une table avec Alain et sa petite famille, et cette soirée est pour moi magnifique , avec de bons moments de franches rigolades, des choses plus intimes et des projets et du partage d’idée. C’est assez tard finalement que l’on regagnera le studio, pour finir ma nuit tranquillement avant de retourner pêcher assez tôt le lendemain.

Img 20170712 071729 1 copier

Pour cette deuxième journée de pêche, nous retournons sous la grisaille cette fois ci sur une berge que nous préférons pour la grande canne, plus profonde et plus intéressante pour la pêche. Nous montons le matériel au sec mais très vite la pluie arrive et refroidit l’eau, les touches sont TRES rares, ce qui est ultra rare à la Limonade, pour ne pas dire la première fois que l’on voit ça  Seb et moi.  Nous sommes rejoints par notre Guigui vosgien, notre mascotte qui nous fait le plaisir de passer la journée avec nous.

Img 20170712 081619 copier
 

Dsc5014 copier

Dsc5001 copier

Dsc4997 copier

Seulement, la pluie redouble et c’est une galère, on prend bien un ou deux poissons mais le cœur n’y est pas car nous sommes trempés. Après une heure de pêche, même pas, c'est devenu intenable.....Seb n’a pas de parapluie avec lui, il a voulu voyager léger, et nous prenons de pleine face les aléas du climat montagneux…

Img 20170712 110352 copier
La pêche est difficile, pour le moment, et on décide de remballer vers midi, car nous sommes exténués de la veille, la pluie n’arrange rien et nous n’avons plus envie d’insister.

Img 20170712 112545 1 copier

Ah les fameux patés lorrains que Guigui nous a amenés

tout chaud en provenance de chez Pinot, les meilleurs du coin !!!!!

Merci mon Guigui !


Seb y retournera le soir une fois la météo stabilisée et prendra une vingtaine de poissons en 2h, signe que l’activité avait repris. En remballant le midi nous avons constaté que cette pluie incessante avait fait remonter l’eau chaude à la surface et que la différence de température entre les couches d’eau avait  fait remonter un peu le poisson et les esturgeons ne sont pas vraiment connus pour mordre entre deux eaux, ce qui a rendu notre pêche impossible…Mais bon, nous avons passé un bon moment entre amis, et le fait de nous revoir nous avait déjà rempli de joie, et ce fut un petit séjour magnifique, malgré la météo affreuse. Bref, à refaire rapidement, dès que l’on pourra, car ce sont ces moments là qui font de la pêche l’endroit où l’on se sent le mieux pour décompresser !

 

Dsc4977 copier

 

Date de dernière mise à jour : 15/07/2017

<SONUBAITS