Les Bases MADFRED:Pour en revenir un peu à la pêche, voici un petit résumé de mes bases:

Les Bases MADFRED

 

 

Sur Pechemaniac, j'avais donné un jour une base d'amorce qui est devenue culte. Cette base me vient de Dominique, un pêcheur de Dunkerque qui m'a donné ce jour là une aide énorme pour la préparation de mes bacs. Cette amorce, tout venant est la suivante :

3 parts chapelure rousse
2 parts PV1
1 part coco belge
1 part chènevis moulu
1 part semoule de mais
1 part biscuit speculoos.

+1/2 à 1 part de litou en présence de plaquettes en nombre


En hiver ou à la saison froide, quand je veux prendre des plaquettes, je vire souvent le chènevis moulu et remplace par un coco . C'est moins nutritif et cela travaille un peu moins, surtout si on prépare le coco en soupe pour le « désactiver un peu ».
Mais si on laisse le chènevis, et que l'on utilise du grillé à la place, c'est très bon aussi.
J'aime bien mettre du biscuit vanillé en remplacement aussi en hiver, cela change un peu l'action, car il colle un peu plus mon amorce nuagera moins.

Cette base me permet de prendre du poisson toute l'année mais j'aime bien l'enrichir un peu en été, ce qui donne :

2 p chapelure rousse
1 p chapelure blonde ( au lieu de la 3ème rousse)
1 p PV1
1p épicéine (au lieu de la deuxième PV1)
1 p biscuit type spéculoos
1 p semoule de mais
1 p coco belge
1 p chènevis moulu (non grillé).


On doit jouer sur le mouillage. Si ça colle trop, il faut essayer de mouiller moins et d'y aller par tâtons, ou de virer purement et simplement une PV1 ou la remplacer par du coco.

Si ça colle encore trop, ben là pas grand chose à faire, car je n'ai jamais eu le souci et j'utilise ce mélange sur tous les parcours que je pêche.
Si le mouillage est correct et prudent, on peut pêcher partout. C'est d'ailleurs sur ce mouillage et sur la façon de préparer l'amorce qu'il faut jouer pour l'adapter au lieu de pêche.

Si le parcours recèle une bonne population de brèmes, on peut mouiller en plus à part une part de Tourteau de mais à part, que l'on fait gonfler dans de l'eau la veille ou à la limite le matin, et on mouille les farines avec cette coupe. Cela densifie un peu le mélange.

En rivière, quand le courant est très important, on peut également utiliser cette base, en mélangeant la terre à l'amorce sèche. On peut laisser tous les ingrédients si on l'utilise comme cela, même le coco.
Le brassage devient difficile mais il ne faut pas faire d'erreur et ajouter peu d'eau, petit à petit, au batteur à amorce si possible.

L'aspect le plus important pour moi st la fraîcheur des farines. Je broie moi-même ma chapelure qui est en fait constituée de miettes de coupe de boulangerie que je repasse au moulin, je fais mon chènevis grillé avec des graines entières que je broie et que je cuis ensuite un peu à la poêle.

J'utilise des farines très fraîches et cela a toujours fait la différence.

Sur un parcours à forte densité en gardons, type canal, l'hiver j'utilise ceci :

3 parts de chapelure rousse
1.5 part de pv1
1 part de chènevis grillé moulu (graines grillées puis moulues)
1 part de biscuit vanillé
1 part de coprah nature
1/2 part de coriandre
1/2 part de fenouil.


J'y ajoute de la terre en tapis, mais rarement dans l'amorce. Si je veux un mélange inerte ou qui travaille peu, je mouille le coprah + chènevis+ coriandre + fenouil ensemble et j'utilise cette soupe pour mouiller le reste. J'obtiens un mélange onctueux et saturé en eau qui bouge peu.

J'espère que ces bases pourront servir

.

<SONUBAITS