Une journée de pêche aux hotus sur le Danube, par Tsompo

Notre camarade Philippe, alias Tsompo sur PECHEMANIAC nous a fait le plaisir et m’a fait l’honneur de nous faire partager une de ses journées de pêche lors de ses vacances en Hongrie, sur le Danube.

Merci à toi Tsompo !!!

 

Voici le sujet :

 

 

 

" Pour cette dernière pêche de l'année en Hongrie, je décide de m'attaquer au grand Danube qui je dois bien l'avouer m'impressionne un peu.

Pour me mettre dans l'ambiance, je pars de Budapest vers le nord, rive gauche du Danube et je décide de traverser en ferry á Vac (jolie ville provinciale typique de Hongrie).

Je pars pêcher á Dömös (entouré sur la carte), pas très loin de la frontière slovaque, ou j'avais déjà fait un live l'année dernière pour une pêche d'ides et de vimbes.

www.pechemaniac.com/forums/viewtopic.php?id=23363

 




J'arrive pour l'embarquement sur le ferry et consulte les horaires et tarifs :
<!--[if !supportLineBreakNewLine]-->
<!--[endif]-->





Mince, pas de ferry il faut attendre ½ heure.




Ah oui il est en face :



En attendant je contemple le Danube :

 

 



Et comme la ville n'est pas loin, je vais y faire un petit tour :

 


 

 

 


Ca y est le bateau arrive (en crabe á cause du courant) :

 




J'embarque en premier et nous sommes rapidement au complet :

 



La traversée dure quelques minutes á peine. Le ciel m'inquiète.

 

 


Je fais une vingtaine de kilomètres, perd une heure pour trouver un magasin qui veut bien me délivrer un permis et j'arrive á Dömös.

Je retrouve le petit chemin qui amène au Danube. Il a beaucoup plu et au bout de 300 mètres de patinage, je sens que je vais m'embourber car c'est de plus en plus gras.  <!--[if !vml]--><!--[endif]-->

<!--[if !vml]--> Demi-tour, je commence á être contrarié  et á me demander si c'était une bonne idée d'autant plus qu'il pleut.

Je retourne dans le village et coup de bol je trouve un joli petit chemin praticable qui m'emmène au bord de l'eau. Je vais pêcher la :

 



A gauche une baie un peu plus calme mais j'ai peur qu'il y ait peu d'eau.

 

 


A droite le fleuve se rétrécit et le courant est dément.




 Donc entre les deux semble un bon compromis. Mais je ressens quand même un grand moment de solitude face á cette énorme étendue d'eau qui semble déserte et ce courant impressionnant. Bon ce n’est pas le moment de se dégonfler !

On va faire de l'heavy feeder , ca va changer du live précédent dans le petit canal.

Il faut donc le matos qui tient le choc :

Balzer Ultra Heavy MultiFeeder 250

 

 


Des feeders lourds :



Un montage auto-ferrant 3 boucles avec bas de ligne 18% et hameçon Kamasan Animal 18 (je passerais rapidement en 16). Le feeder bricolé lui fait 100 grammes.

 


Y a que le moulinet qui est un peu léger, un vieux Mitchell Basic Match 4000 qui va pleurer mais tant pis pour lui. 


Amorce polonaise, super d'ailleurs, elle sent très bon et est très collante, vu le courant y a intérêt !
Et du blé (pourquoi pas ?)

 


Comme esches des asticots, what else ? 




Mon installation. 4m50 de canne á la verticale, je vais attraper mal á la nuque ! 

 

 


Mon moral remonte car de beaux poissons sautent á moins de 10/15 mètres du bord, je crois que ce sont des ides.
Mais comme on m'a dit que le jour, les beaux poissons se tenaient loin du bord, je décide de pêcher á environ 25 mètres. Le fond de 2m50 est caillouteux et il y a beaucoup de moules d'eau douce qui heureusement ne m'embêteront pas trop.


Autant le dire tout de suite, la première heure et demie ne sera pas une réussite. 

Je n'ai pris que ca :

 

 

 



Des gobies (Profcarpe a fait un topic la dessus) de 3 á 10 centimètres qui sont de vrais morphales : 5 asticots ne leur font pas peur. Ils prolifèrent dans le Danube alors qu'il n'y en avait pas il y a quelques années. Et en général quand on en prend, ca veut dire qu'il n'y a aucun autre poisson sur le coup ! 
J'essaie bien de choper une voiture mais je n’ai pas le matos qu'il faut. 

 



Coup de grâce, je me prends un orage sur la tête et pars me réfugier dans la voiture. 

Fin de l'orage, je me dis que si d'ici 10 minutes ca ne va pas mieux, je vais sortir une télescopique et pêcher les ides qui continuent á me narguer.

Quand enfin une vraie bonne touche (pas comme les gobies qui font juste vibrer légèrement le scion).

Un beau combat, je suppose qu'il s'agit d’un ide et bien non, un beau tutu (hotu), c'est comme cela qu'on les appelle en Bourgogne.
Il est bien gras et dodu et m'a offert un beau combat, bien supérieur á celui des hotus bourguignons (sans doute l'habitude du fort courant).

 


Je vais traverser une bonne période et en prendre 7 de suite. (Pas de bourriche car avec les vagues provoquées par les bateaux, les poissons sont très vite abimés).

 

 

 

 




Apres ca se calme mais pas de gobies non plus. Peut-être d'autres poissons ?

Puis une grosse touche, j'ai peur d'avoir cassé mais non, ¼ heure de combat et j'emmène á l'épuisette mon premier barbeau du Danube, j'étais secrètement venu pour cela ! 



Un pêcheur qui habite dans le village a la gentillesse de me prendre en photo.



Du coup nous nous mettons á discuter (je ne pêcherais pratiquement plus) et il me raconte en détail les poissons du Danube : chevesnes, brochets (ce qui m'étonne), grosses brèmes, esturgeons, en hiver nombreuses lottes, ... Et apparemment, chaque poisson est bien localisé en fonction de la configuration du fleuve.

Cela me confirme ce qu'on m'avait dit : il faut des années de pratique assidue pour bien connaitre le Danube. Je reviendrai !"

Philippe.

<SONUBAITS