micro feeder pour cana(il)lou , par tsompo

L'idée m'est venue un soir juste avant de m'endormir. Et si j'essayais ? Je me dis que ce n'est pas raisonnable mais c'est trop tentant...

 

Allez je vous emmène dans un de mes jardins secrets, le Duna–Tisza csatorna (littéralement le canal Duna–Tisza) qui part bien d'un bras calme du Danube mais qui n'arrive pas à la riviére Tisza (il se perd quelques part dans la puszta). Il date du 19eme siecle et sert essentiellement à l'irrigation des cultures je crois.

 

Je suis à une vingtaine de kilomètres au sud de Budapest : j'ai entouré sur la carte le lieu exact.

 

 

 

Quelques photos prises d'une petite route de campagne (un coté et l'autre) :

 

 

 

 

C'est un canal non navigable où j'ai pêché des dizaines de fois et que j'aime particulièrement pour sa beauté, son côté sauvage et ses richesses cachées. Il n'a pas particulierement bonne réputation car les hongrois sont tres branchés carpe et qu'ici elles sont excessivement méfiantes et difficiles à capturer. Mes copains hongrois se moquent toujours de moi quand je viens pêcher ici.

 

Jusqu'á maintenant, j'y ais toujours pêché au coup et aussi quelques fois au morceau d'ablette (assez rares mais gros matous) ou au vif (nombreux mais souvent petits brochets). Ce canal c'est un peu Dr Jekill and Mr Hyde : j'y ai fait quelques fois des pêches incroyables et aussi parfois misérables.

 

Une des difficultés est qu'il y a des millions d'ablettes dans ce canal. Donc lorsqu'on pêche au coup (à moins qu'on ne veuille pêcher l'ablette mais ce n'est pas ce qui me passionne), il faut pêcher avec un flotteur de 3 grammes au minimum si l'on veut espérer que l'esche arrive au fond, là ou se tiennent souvent les beaux poissons. Et du coup cela interdit l'agrainage à l'asticot qui à coup sûr serait extrêment efficace. Il faut amorcer au départ et ensuite ne pas rappeller trop souvent pour ne pas exciter les ablettes.

 

La population de poissons est très variée : ablettes par millions donc, mais aussi rotengles, nombreuses plaquettes (mais 500 grammes maxi, je me suis toujours demandé pourquoi), beaux gardons, carpes dont beaucoup de petites, carassins, belles ides mélanote, gros matous, beaucoup d'aspes dont certains énormes mais d'une méfiance extrême, nombreux petits brochets.

Et plus rares : petits sandres, petits silures, grémilles, perches, perches arc en ciel, et une seule fois j'y ai pris une petite tanche.

 

La profondeur moyenne est de 3 mètres (sympa), la largeur de 20 metres maxi. Et heureusement aujourd'hui, il y a pas mal de courant (sinon c'est même pas la peine d'essayer) et pas trop de lentilles d'eau (certaines fois en été il est entierement couvert et donc impêchable).

 

Bon allez assez de blabla, un peu d'action.

 

Je vais pêcher la ! (je me mets à une place déja pêchée par d'autres et dont le fond est déja relativement nettoyé sinon il me faudrait faire du desherbage pendant un bon bout de temps).

 

 

En face

 

 

 

A droite

 

 

 

A gauche (c'est marrant le panneau pour les bateaux car en fait en 15 ans je n'ai vu qu'une fois une bateau, qui faucardait les herbes).

 

 

 

Et au fait comment je vais pecher ?

 

 

..

 

 

 

 

Au feeder bien sûr. C'est cela qui n'était pas raisonnable dans un petit canal sauvage mais cela me tente trop.

 

Je me dis que je dois rester très discret donc je vais utiliser des feeders très légers (10 grammes et 12 grammes, pas trouvé plus léger) et petits (voir par rapport au téléphone qui est un petit téléphone).

 

 

 

Les montages (feeder en potence avec du Power Gum, pour amortir le choc au cas où un beau poisson mordrait) :

 

Au début avec un feeder à amorce de 10 grammes :

 

 

 

A la fin avec un DrennanBomb à asticot de 12 grammmes et un hamecon de 22 sur 10% (difficile de le voir sur la photo). Je choisis de pêcher avec un bas de ligne court (30/40 centimètres) pour éviter les ablettes à la descente. Et  cela fonctionnera plutôt bien car elles ne machouilleront mon esche que quelques fois pendant la descente.

 

 

 

 

Esches : pas le choix, je n'ai que des restes d'asticots (un peu mousseux pour certains), j'aurais bien aimé avoir des pinkies.

Je mettrais quelques pellets au poisson dans l'amorce au cas où des gros matous seraient de passage.

 

 

 

L'amorce : Milo Feeder (presque noire et très fine) mélangée avec une amorce hongroise parfum vanille (pour les gardons).

 

 

 

Pour un résultat digne de Cartounet, mais en fait la couleur obtenue est pile poil celle du fond ce qui est très important ici, l'amorce claire agissant comme un répulsif.

 

 

 

 

Mon installation :

 

 

 

 

Je pêche avec une canne picker Maver Caribe Multi-Tip de 2m70 (qui peut aussi être utilisée en 3m60 avec le deuxième blank) et qui de fait est très maniable (ça me change de mes perches pour la Seine).

Pour une fois j'ai mis une bourriche à l'eau pour immortaliser mes prises (s'il y en a).

 

 

 

Même pas commencé de pêcher et déja une prise (en remplissant le seau d'eau). Il vaut mieux une grenouille qu'une couleuvre d'eau, qui ici pullulent (heureusement elles sont inoffensives).

 

 

 

Je lance mon feeder à vide au 2/3 du canal pour „tester” le fond. Beurk plein d'herbes ! Je vais passer ¼ heure à desherber avec mon feeder pour arriver à un fond propre sur mon coup.

 

 

 

J'en profite pour enlever les lentilles devant moi en prévision des épuisetages (il faut etre optimiste). Ca ne se voit pas beaucoup sur la photo mais l'eau est très claire.

 

 

 

 

Allez au boulot ! Je lance mon 10 grammes qui contient au moins 10/15 grammes d'amorce. Bon ça fait quand même un plouf pas très discret (je changerai pour un modele plat plus discret). Je suis curieux de l'effet que cela aura sur les poissons.

 

Au deuxieme lancer, la réponse:

 

 

Suivi d'un monstre (le feeder fait 2/3 centimetres de long). Et j'en prendrais un encore deux fois plus petit !

 

 

 

J'aurais pas mal de touches, de façon parfois irrégulière, et très variées : touches parfois très  franches (un poisson de 50 grammes peut plier sans problème un scion sensible de canne picker), touches en retour (je ne sais pas pourquoi mais celles on ne les loupe jamais), mais surtout beaucoup de petites tirées non suivies et celles-là j'en louperai quand même pas mal. Difficile de toujours ferrer avec le bon timing sur des petits poissons qui chipotent un peu ! Le micro-feeder ça demande de la concentration et ça aiguise les réflexes !

 

 

Ensuite je prends un carassin monstrueux qui doit largement faire ses 120 grammes.

 

 

 

Tout de suite après, une touche, je ferre, tiens encore un petit poisson et d'un seul coup ça tire beaucoup plus fort, bizarre. Qu'est ce que je vois en surface, un brochet de 30 centimètres environ. Je crois qu'il s'en est pris à mon asticot mais non, il donne des coups de bec et je vois plein d'écailles. En fait il a attaqué un gardon que je ramenais. Apres 20/30 secondes de combat, il n'est plus qu'à 2 metres de l'épuisette, mais le 10% rend l'âme. Le pire c'est que je crois qu'il n'était même pas piqué par l'hamecon mais qu'il ne voulait simplement pas lacher le gardon ! C'est possible ?

 

Je continue ma pêche avec un hybride brème/gardon un peu étrange mais très beau.

 

 

 

 

 

Il est 18h40, la nuit tombe tôt en Hongrie, et voilà le résultat de mes 3 heures de pêche, pas énorme certes mais je me suis bien amusé et le micro-feeder avec une canne picker très sensible, c'est plein de sensations, je vous le recommande.

 

 

 

Philippe.

 

Retour

<SONUBAITS