Les montages feeder que j'utilise le plus, en détail

On a déjà écrit  moult choses sur les montages feeders, mais j’ai constaté que je n’avais pas encore traité le sujet moi-même, sur mes choix de montages.

Loin de vouloir faire une liste de tous les montages feeders existant, je vais vous présenter ce que j’utilise.

En fait, surtout 3 montages sont pour moi importants et permettent de se sortir de la plupart des situations que l’on rencontrera lors d’une sortie feeder :

 - le montage en potence

- le montage trois boucles

-le montage méthod-feeder classique.

 

Mais je vous présenterai également le montage coulissant classique et un dernier que j’aime beaucoup, que j’utilise finalement depuis peu de temps mais qui me donne entière satisfaction, le « willimate ».

Au total 5 montages qu’il faut savoir, en tout cas en ce qui me concerne, avec quelques variantes. Avec cela, on peut pêcher au feeder quasiment partout.

 

 

LE   « NŒUD MADFRED »

Avant toute chose, un détail important : tous les nœuds que j’utilise au feeder concernant les attaches aux émerillons ou autres sont des nœuds que j’appellerai les « nœuds Madfred », non que j’aie créé un nouveau nœud, mais j’utilise un truc dérivé de plusieurs nœuds existants, que j’ai trouvé en trifouillant à tâtons.

 Je le qualifierai  d’extrêmement solide, malgré qu’il puisse paraitre assez « bancal », je le réalise à présent les yeux fermés, car il est d’une simplicité réelle, malgré une difficulté (inexistante) apparente.  Il ressemble au nœud cuiller, à part que je fais remonter le nylon lorsque je l’enroule autour des deux brins de nylon, au lieu de descendre. Pourquoi ? Parce que si l’on descend à partir d’un émerillon, le nœud cuiller est impossible à réaliser, puisque l’émerillon tournerait en même temps que le nylon que l’on enroulerait. C’est ce problème qui m’a donné le nœud Madfred.

Voici une série de photos pour présenter ce fameux nœud :

 

Une fois ce nœud expliqué, on peut aborder les montages que j’utilise. N’oublions pas une chose : les montages les plus simples et les mieux équilibrés n’emmêleront pas et je limite souvent au maximum le nombre d’accessoires sur un montage pour éviter les emmêlages, sauf dans le cas ou cet accessoire apporte un plus indispensable ou que lui-même empêchera les emmêlages.

 

MES MONTAGES FEEDER ET COMMENT LES REALISER :

LE MONTAGE POTENCE

De loin, celui que j’utilise le plus pour les pêches en eaux calmes (étang et canaux) ou lors de pêche difficile. C’est l’un des montages les plus sensibles qui existent. Avant de vous expliquer son fonctionnement  et mes choix en la matière, voici comment le réaliser.

 

On peut la faire plus grande si on veut allonger la distance potence émerillon.

Ensuite, on coupe un brin à environ 15cm du nœud.

 

 

Le montage est terminé. Ce montage est très sensible. On peut cependant limiter un peu cette sensibilité en cas de touches manquées, en réduisant en premier lieu  la longueur du bas de ligne, puis si cela ne fonctionne toujours pas, en réduisant la longueur de la potence.

 

 

On entend souvent parler de longueur de bas de ligne.  Dans le cas du montage en potence, je parlerai plus facilement de distance hameçon-nœud de potence, puisque c’est celle qui sera la plus importante, car c’est en jouant sur cette longueur que l’on ferrera plus facilement des touches manquées, les esches étant sucées mais aucun poisson ne s’étant piqué.

Le montage potence est relativement simple à réaliser. Pour moi l’émerillon du bas est indispensable, bien que beaucoup de « feederistes » prétendront s’en passer, je ne serai d’accord que si l’on n’utilise pas le double asticot à l’hameçon, source du phénomène de l’hélice, responsable à coup sur du vrillage du bas de ligne.

Le montage potence est l’un des trois montages que j’utilise le plus, et celui qui m’a donné les meilleures bourriches en canal et en étang. Il n’y a que dans le cas où je pêcherai à longue distance ou par très grande profondeur que je ne l’utiliserai pas en canal ou plan d’eau, au profit du montage trois boucles et du « willimate ».

-

LE MONTAGE TROIS BOUCLES

 

Ce montage est sans doute le plus connu de la pêche au feeder. Il présente de nombreux avantages, avec celui en premier lieu de pouvoir pêcher partout, même en étang et canal, même s’il n’est alors pas le plus sensible, il sera quand même très utile. Si je ne devais pêcher qu’avec un seul montage au feeder, cela serait celui-ci. Mais attention, je ne saurai pourtant me passer de la potence qui reste un modèle de sensibilité.

 

Le montage trois boucles  est simple à réaliser….voyons dans un premier lieu le montage original.

Il vous faut pour ce montage :

- un émerillon numéro 14 à 16

- une perle-agrafe Korum

 

 

  

 

 

 

Le rapport de longueur pour les boucles sera environ de 1 pour 2 entre les boucles 2 et 3, la seconde boucle faisant en général la moitié de la longueur de la troisième boucle. Ex : 5 et 10cm, ou 6 et 12cm

Plus la troisième boucle est courte, plus l’auto ferrage est marqué et rapide. Par contre on diminuera la longueur de la seconde boucle en conséquence.

 

Première variante : le trois boucles triangle. Il permet d’excentrer un peu plus le bas de ligne lors du lancer, comme on le voit sur cette photo.

 

 

 

Seconde variante: le montage trois boucles dit torsadé.

En gros,  il ressemble fortement au  « trois boucles » classique mais il permet un anti-emmêlage un petit peu plus efficace grâce à la torsade de la seconde boucle qui permet de rigidifier le montage. La différence n’est pas énorme, mais elle existe et vient surtout de la rigidité de la seconde boucle, pas du fait que cela excentrait plus le bas de ligne du feeder.

 

 

J’utilise plus facilement le montage « trois-boucles » classique et le torsadé, mais plus rarement le « triangle » bien que je le trouve très efficace.

 

Autre montage que j’utilise, et celui-ci dans quasiment toutes mes sorties au méthod feeder. Le montage méthod dit « classique ».

En fait, le méthod, qu’il soit prévu pour le moule ou pour le moulage de la boule à la main, le principe est le même : un méthod enfilé sur le corps de ligne, un émerillon où vient s’attacher le bas de ligne. Et rien d’autre.

 

LE MONTAGE METHOD FEEDER CLASSIQUE

Matériel nécessaire :

-un méthod feeder à émerillon

- un morceau de gaine silicone pouvant être glissée sur cet émerillon

 

On ne s’éternisera pas sur ce montage qui est classique, la seule chose qui change peut-être et qui est facultatif, c’est la gaine silicone. Elle sert d’anti-emmêleur dans le cas où l’on laisse l’esche libre, et que l’on ne la colle dans contre la boule pour le lancer.

En fait, je dirai que pour moi il y a deux cas de figures : soit j’utilise un bas de ligne court pour la brème notamment (6 à 10cm maxi), soit un bas de ligne assez long (15-20cm), pour la carpe.  Le mode d’alimentation et la façon de se saisir de l’esche étant bien différente, cette différence est nécessaire si l’on ne veut pas voir une carpe gober un méthod, chose qui  m’est déjà arrivé. Avec la perte du poisson qui ne s’était même pas piqué !!!

Dans le cas où l’esche reste libre, il faut absolument éviter que l’hameçon « attrape » le corps de ligne et emmêle, aussi ce morceau de gaine assez long (environ 2 à 3cm) pourra faire la différence, ainsi qu’une boule d’amorce assez ronde qui expulsera également l’hameçon vers l’extérieur.

Un seul montage méthod pour toutes mes pêches me suffit.

Voilà donc les montages que j’utilise dans la quasi-totalité de mes parties de pêche au feeder.

 

LES AUTRES MONTAGES QUE J’UTILISE PARFOIS :

 

LE MONTAGE COULISSANT CLASSIQUE :

J’utilisais jadis énormément ce montage, d’une part parce que je le trouvais très facile à réaliser tout autant qu’efficace. Cependant,  je l’ai quelque peu zappé, au profit de la potence et des trois boucles, mais il reste quelques cas où j’aime l’utiliser, lui et le willimate.

Il vous faut pour ce montage :

-une perle-agrafe Korum

- une perle dure de 3mm environ

- un émerillon rolling + un swivel-bead (amortisseur qui se glisse sur l’émerillon) ou mieux un Quick Change Bead de chez KORUM.

- un leger-stop (butée mobile) facultatif

 

LE MONTAGE « WILLIMATE »

Il s’agit en fait d’un montage coulissant, avec une torsade anti-emmêlage.

 

Il vous faut pour ce montage :

-une perle-agrafe Korum

- une perle dure de 3mm environ

- un émerillon rolling taille 14 à 16

 

 

C’est un montage qui s’avère efficace un peu partout, lorsque le poisson a une activité normale.  Un montage passe-partout qui a plusieurs variantes, mais dont cette forme me plait le mieux.

Voilà pour ce petit tour d’horizon des montages feeders, il en existe encore énormément mais ceux-ci sont mes préférés, livrés ici sans prétention, à titre informatif, en espérant aider certains d'entre vous qui seraient un peu perdus au départ.

 

<SONUBAITS