fabrication de waggler avec Manni

Wagglers préplombés- Troisième partie : l’ équilibrage.

 

 

La première opération consiste a couper les quilles a la même longueur. En l’occurrence 3 cm. Comme la partie collée de cette quille fait deux centimètres, on a  en tout 3+2 soit 5 cm de tige métallique. Comme je l’ai dit au début, elle pèse 1 gramme.

 

Puis on enfile sur l’embase une ou  deux rondelles  faites avec des plombs de 1 ou de 5.

Sur les photos qui vont suivre, les embases sont faites avec des olives de 6 et 8 g coupées en deux. Avec la perte de métal occasionnée par le trait de scie, on obtient des ogives dont le poids varie entre 2.6 et 2.8 g.

La plume seule pèse 0.8g, les rondelles de 1, 0.3 g.

Une fois fixées au waggler, j’aurai des flotteurs dont le poids total sera de 4.8 et 5 grammes.

Cela correspond a ceux que j’utilise le plus souvent. Mais naturellement, on peut mettre plus lourd ou moins lourd. Après c’est une question d’équilibre entre lest, plombée sur la ligne et taille du flotteur.

 

J’utilise un grand vase (cassé) récupéré aux encombrants pour l’équilibrage.

 

 

A la base de mon waggler, je fixe la tétine, l’attache et un morceau de nylon qui porte la plombée. Sur la photo, on distingue une plombée de 5 plombs de 5 et un de 8 et une autre de 5 plombs de 8 et un de 10.

 

 

 

 

Le tout est immergé.

 

 

Le niveau d’émergence est noté au crayon gras.

 

 

Le waggler est coupé a ce niveau puis replongé dans l’eau. Il ressort naturellement de 2 bons centimètres puisqu’on a coupé la plume et donc allégé l’ensemble. Sacré Archimède !

 

 

On recoupe donc en laissant dépasser un demi-centimètre. Cette longueur compensera le poids de la peinture et de l’antenne.

 

J’ai une petite balance électronique qui permet de peser les flotteurs. C est facultatif mais bien pratique.

 

 

Un petit coup de papier de verre pour dépolir la surface et je marque au feutre indélébile le poids et la portance.

Il faut utiliser un feutre de marque Reynolds. On couvre ensuite l’inscription avec une couche de colle contact. C’est indestructible.

 

 

Les flotteurs sont équilibrés. Rondelles et embase sont bloquées avec un petit morceau de gaine silicone.

 

 

Un dernier mot pour parler  du plombage et du poids de mes flotteurs.

Comme vous le voyez sur le tableau, il suffit de huit wagglers  pour la pêche en étang et en rivière a courant lent.

 

Poids

2 g

3g

4g

5g

6g

8g

Plombée

3(8)+10

3(8)+10

5(8)+10

5(5)+8

3(5)+8

5(5)+8

5(5)+8

5(5)+8

Rondelles

1 (5)

2(5)

1(5)+1(1)

2(1)

2(1)

4(1)

 

Rappelons que:

1 plomb de 1 = 2 plombs de 5

 

1 plomb de 5 = 2 plombs de 8

 

1 plomb de 8 = 2 plombs de 10

 

Vous comprenez qu’en ôtant ou en ajoutant des rondelles, on peut parfaitement moduler le poids de la plombée. Il suffit d’ajouter (ou d’ôter) des plombs qui correspondent aux mêmes poids en suivant cette progression géométrique.

1, 2, 4,8.

 

Note : Les flotteurs de 6 et 8 g sont des wagglers a bulbe. Ce sera pour un prochain sujet.

 

Wagglers préplombés- Quatrième partie : antennes, peinture et fixation sur la ligne.

 

 

Les antennes

 

1° La forme

 

Sur cette photo on a en haut un flotteur avec une antenne fine (attention, à l’ anglaise on pêche a distance et le diamètre de celle ci doit être d’au moins 2.5 mm si on veut pouvoir la distinguer) et en bas un flotteur sans antenne.

 

Le premier est destiné aux pêches fines, à courte distance, aux poissons difficiles, aux journées sans vent.

Le second s’adresse plutôt aux beaux poissons, aux journées venteuses, à la pêche en rivière lorsqu’il faut faire traîner le bas de ligne.

 

2° La couleur

 

Classiquement :

Forte luminosité, eau claire : antenne noire

Faible luminosité, eau teintée : antenne jaune.

Conditions intermédiaires, luminosité changeante : antenne rouge.

 

Mais c’ est sujet à variations. Chacun a sa propre perception des couleurs. Un tel sera plus a l’aise dans le spectre des rouges et un autre dans celui des jaunes.

 

Dans tous les cas, privilégiez les teintes fluorescente et portez si vous le pouvez des lunettes a verres polarisants.

 

Personnellement, je n’ utilise que deux couleurs : orange fluo et noir.

J’ai trouvé un orange vraiment formidable chez peche-accessoires.

 

 

 

 

3° La matière

Les antennes creuses sont plus visibles. Mais moins sensibles puisque pleines d’ air. Elles ont pourtant l’avantage de s’emboîter les unes dans les autres comme des poupées gigogne. On les colle et on peut faire varier le diamètre selon le nombre de « couches » assemblées.

 

 

 

 

Les antennes pleines sont plus sensibles et plus solides. Plastique, nylon, bambou …beaucoup de matériaux sont utilisables.

 

 

 

 

4° Les antennes interchangeables

Un tronçon de PVC souple est collé a l’ Araldite a l’intérieur du flotteur.

 

 

On y ajuste les antennes qu’on désire.

 

C’ est assez fragile mais bien pratique.

 

La peinture

 

Il convient de dire qu’il n’est absolument pas nécessaire de peindre ses wagglers.

C’est surtout pour l’esthétique, le plaisir des yeux. Mais c’est une protection et cela rigidifie un peu la plume.

Il est d’ailleurs nécessaire avant de peindre de redresser la plume à la chaleur d’un sèche-cheveux.

 

 

 

J’ utilise de la peinture a maquette de marque Humbrol.

Deux teintes : noir (21) et gris métallisé (53)

 

A la base, je laisse une partie blanche avec les caractéristiques du flotteur.

Je dessine des anneaux au feutre pour les différencier d’ un coup d’œil.

 

 

Pas de cercle : plombée 3(8)+10

Un cercle : 5(8) +10

Deux cercles : 3(5) + 8

Trois cercles : 5(5) +8

 

Le haut du flotteur est noir. Cela tranche bien avec l’ antenne.

 

 

 

La partie intermédiaire est grise.

 

La fixation

Vous avez du remarquer dans la partie consacrée a l’équilibrage que j’utilise pour raccorder le waggler a la ligne une tétine-émerillon et un fixe ligne.

la tétine

Elle permet un changement très rapide de flotteur .

C’est simplement un émerillon rolling de 7 glissé et collé dans un morceau de gaine silicone de 3.5 mm de diamètre extérieur. La colle Pattex de la photo est la seule qui permette l’assemblage métal-silicone.

 

L'attache

 

C’est la version allégée d’un modèle du commerce.

Elle se compose d’une agrafe émerillon de 16 glissée dans une gaine PVC. Celle ci est traversée par un brin de jonc carbone de 0.9 ( http://www.couleursduciel.com/ ). Le fil de la ligne est glissé sous deux coulants en gaine silicone de 0.8. Pour fixer solidement l’attache, un tour mort sera effectué autour de la gaine PVC.

 

 

 

 

 

Nous voici arrivé au terme de ce petit exposé.

Si vous vous lancez dans la fabrication de flotteurs sachez que vous y prendrez du plaisir. Parfois même trop et comme moi, vous aurez un jour des boites qui débordent…mais quand on aime….

 

 

 

 

 

 

 voilà, ce sujet est énorme, plein d'astuces et de détails que vous retrouverez sur le site de Manni

merci à toi Manni pour ce sujet, nous ne  te remercierons jamais assez

 

 

 

 

<SONUBAITS