Comment fabriquer soi-même des wagglers à bulbe, par Manni

 Encore un sujet de notre ami Manni, bricoleur pêcheur devant l'éternel, qui nous montre comment faire soi-même de magnifiques wagglers à bulbe.

 

Ce sujet fait suite à celui sur la fabrication des wagglers pré-plombés. Je vous conseille de commencer par celui la car les références des matériaux, les petites astuces de montage et de finition ne seront, bien sur, pas répétés ici.

 

La forme étrange de ces flotteurs, sortie de l'imagination d'un génie de la pêche, ne doit rien au hasard.

  

Sur cette photo,  deux wagglers de 6 grammes. Un waggler à bulbe en haut et un waggler droit en bas.

La différence de taille est évidente.

Le waggler droit mesure plus de 30 cm. C'est une taille limite car, s'il résiste bien au courant de surface, sa grande longueur limite sa portée. Trop de prise au vent au lancer ; si on force, il fait hélice en l'air. Perte de distance, pas de précision.

On admet qu'au delà de 25 m de distance de pêche, un waggler droit ne convient plus. Il faut quelque chose de plus aérodynamique. C'est pour cette raison que ces espèces de torpilles ont été conçues. 

Voici la photo d'un géant de 14 grammes qui porte 5 plombs de 5 et un plomb de 8. Avec ce type d'engin, les 50 m sont atteints facilement.

C'est le maximum que j'utilise. 

Cette forme convient aussi à la pêche de la carpe à l'agrainage. Le flotteur est entièrement plombé et la ligne ne porte qu'un émerillon. 

Les Duckers sont des wagglers à bulbe courts étudiés pour la pêche dans les faibles profondeurs. 

Voici deux modèles coulissants anglais.

Un 2+6 et un 2+8.

Le flotteur est lesté à 2 g et le reste du poids (6, 8 g ou d'avantage) seront répartis sur la ligne.

C'est ce type de flotteur que je vous propose de réaliser.

 

 

Le bulbe.

C'est un morceau de tourillon de balsa.

Pour le tourner proprement une astuce maison. 

Deux vis à placoplâtre (Grande surface de bricolage) de 70 mm. La tête d'une des deux est coupée à la scie a métaux.

Celle du haut servira au centrage, celle du bas sera le support du tournage.

Un tronçon de balsa est percé au centre avec un morceau de corde à piano à bout mousse sur 2 cm. 

La vis de centrage  est introduite dans l'orifice et va traverser axialement la baguette. Pour l'enfoncer, un tournevis cruciforme. 

La   vis ressort toujours parfaitement centrée ! 

La vis sans tête est fixée dans le mandrin de la perceuse et le tronçon de balsa vissé dessus. 

La perceuse est mise en rotation et le bulbe tourné avec du papier de verre de taille décroissante. 

Ca va vite. 

On obtient quelque chose de propre. 

La pièce est percée sur les trois quarts de la longueur coté plume de paon avec des mèches de taille croissante (3, 4 puis 5). On tourne la mèche avec les doigts en ôtant la sciure au fur et a mesure.

Coté embase, on perce avec la mèche de 3. 

 

La quille

Elle est réalisée avec de la tige filetée de laiton de 3 mm de diamètre.

Quatre centimètres pèsent  2 grammes et serviront de lest pour que le flotteur reste solidaire de la plombée lors du lancer. 

La plume de paon est percée dans l'axe. Le perçage se fera progressivement. Corde à piano puis mèche de 2 et enfin de 3 

J'ajoute un écrou en laiton à la base de la tige filetée. Il renforce cette partie du flotteur qui encaisse les chocs.

La plume est entrée dans le bulbe puis la quille est insérée. 

 

Le tout est assemblé à l'Araldite. 

De la colle est appliquée sur tout le bulbe.

On l'étale simplement avec le doigt mouillé. 

Ce montage est d'une solidité à toute épreuve.

 

L'étalonnage

Je me sers d'une petite coupelle découpée dans un étui de cigare en aluminium très mince.

Mais un simple brin de nylon sur lequel sont pincées des chevrotines fait parfaitement l'affaire. 

Une tétine est fixée sur la quille.

La coupelle dont je connais le poids est reliée à l'émerillon par brin de nylon qui porte un petit hameçon. 

Il convient ensuite de placer des gros plombs  dans la coupule jusqu'au poids désiré. Je rappelle que le poids minimum pour que le montage coulissant fonctionne est de 4 grammes.

On plonge le tout dans l'eau et on coupe la plume au point d ‘ émergence. 

Pour le reste ( antenne, peinture, finition), je vous renvoie au sujet sur le waggler préplombé. 

 

Une petite astuce personnelle : 

Lorsqu' on pêche au waggler coulissant, la ligne est montée avec une masse de plombs principaux. Quelques petits plombs sont répartis en dessous pour faire descendre l'esche.
La masse principale peut être importante (jusqu' a 15 g) et doit pouvoir être déplacée vers le haut ou le bas suivant le comportement du poisson.
Si on pince de grosses chevrotines fendues, inévitablement on abîme le fil et il casse assez souvent à cet endroit.

On peut les pincer sur de la gaine silicone fine mais c'est un  casse tête pour passer le fil a travers 10 cm de gaine.
L'idéal est d'utiliser des plombs balles percés en les calant bien en haut et en bas entre deux plombs fendus.
Mais la encore ça fragilise le fil et le plomb du bas finit toujours par glisser après quelques lancers.
Voila comment je fais.
 
Il faut: un morceau de jonc carbone, un morceau de gaine silicone et une bille caoutchouc (celle qu'utilise les carpistes) de petit diamètre.
On passe le fil dans la gaine (la gaine est orientée vers le bas de la ligne c'est à dire vers l'hameçon) et on fait une fausse clé sur la tige en carbone. 

On recouvre la clé avec la gaine. On enfile la bille sur le fil. 

On recouvre la quille avec la bille. Puis on descend les balles percées et on bloque en haut avec un petit plomb juste serré.
Au lancer ça ne bouge pas, le choc de la plombée est amorti et si on veut déplacer la plombée c'est très simple.

Mes lignes sont montées à l' avance et disposées sur des plioirs. 

Elles mesurent 10 mètres. Je mets une grosse masse de plomb et en dessous 5 plombs de 5 et un microémerillon que je répartis à ma guise en fonction des touches. 

Je vous assure que c'est solide 

Bon brico a tous !

 

<MIRACLEBAITS <PRESTON <SONUBAITS <VESPE